La noblesse russe et sa réforme moderne

Il existe un paradoxe entre le souvenir prestigieux qu’à laissé la noblesse russe dans la culture européenne, avec ses tournées des Grand-Ducs et son émigration imprégnée de distinction aristocratique, et la sentence du tsar Nicolas Ier qui précise  : « Le noble n’est qu’un moujik blasonné », formule qui caractérise l’autocratisme et l’égalitarisme traditionnels russes. La noblesse russe n’est pas comparable à celle de l’Europe occidentale. On peut dire que depuis le Moyen-Âge,

Réflexions sur la noblesse À propos du livre d’E. Mension-Rigau : Aristocrates et grands bourgeois

La permanence de la noblesse comme objet d’admiration et d’imitation, de haine et d’envie, après plus de deux siècles de passion républicaine de l’égalité, peut encore surprendre. Pourquoi un groupe lié à l’existence du roi qui l’a constitué perdure-t-il envers et contre tout, sous des régimes successifs dont le dénominateur commun est le refus de la monarchie de droit divin qui a permis et encouragé son apparition ? Cette curiosité