Kepler et Galilée, par Arthur Kœstler L’affaire Galilée [1re Partie]

Arthur Kœstler, écrivain juif et cofondateur du Betar, n’est pas ce qu’on peut appeler un ami de l’Église catholique, aussi son histoire de la cosmologie (Les somnambules) n’en a-t-elle que plus d’intérêt. Jusqu’au XVIe siècle le modèle astronomique des épicycles de Ptolémée (90-168) était communément admis, car il rendait compte du mouvement des planètes avec une précision remarquable compatible avec celle des instruments de l’époque. Dans une publication de 1543,

Louis XIV ou la grandeur, par le Professeur François Bluche « un des plus grands rois qui furent jamais », Leibniz

Peu de rois de France suscitent plus d’hostilité que Louis XIV. Il constitue une cible privilégiée pour l’école républicaine qui reprend tout ou partie de la légende noire forgée par ses détracteurs au cours des siècles. Le Roi cumulerait, selon eux, tous les défauts et les vices : peu intelligent, tyrannique, intolérant, orgueilleux, infidèle… Le Professeur François Bluche — spécialiste de Grand siècle — revient ici sur cette légende noire.

Institutions et rites de la religion fasciste, par Emilio Gentile Le fascisme : une religion politique, PARTIE II

Historien mondialement reconnu, professeur à l’Université de Rome « La Sapienza », Emilio Gentile s’est consacré depuis les années 1970 à l’étude de l’idéologie fasciste. Il en démontre la nature moderne et totalitaire, en analysant en particulier — grâce à l’étude des nombreuses sources primaires laissées par les observateurs et les théoriciens du fascisme — la volonté de création d’une « religion politique » destinée à « régénérer le peuple

Commentaire de l’édit de Louis XV dit de Fontainebleau (juillet 1717) Travaux dirigés de Franck Bouscau, Professeur des Facultés de Droit

L’édit de 1717 revient sur une modification des règles de la succession royale que Louis XIV avait tenté d’opérer quelques années plus tôt par l’édit de Marly de juillet 1714. À cette époque, le Roi a voulu — en cas d’extinction de tous les mâles légitimes de la dynastie — habiliter à régner deux fils illégitimes. Les hommes de l’Ancien Régime, comme les historiens modernes, considéraient généralement que des lois

La tradition monarchique, de Paul Watrin (Extraits) De la nullité des renonciations à la couronne de Philippe V duc d’Anjou, lors du traité d’Utrecht

En 1700, l’Espagne réclame à Louis XIV son petit-fils Philippe duc d’Anjou comme souverain. Le grand roi accepte, mais devant l’éventualité d’une union de l’Espagne et de la France sous une même couronne, l’Europe entre en guerre contre les deux pays. Pour mettre fin à un long et cruel conflit, Louis XIV et Philippe V signent en 1713 la paix d’Utrecht dans laquelle le nouveau roi d’Espagne est contraint de

De la société démocratique ou bourgeoise à la haine de soi Commentaires de Léo Ferré et François Furet

Il ne s’agit pas de s’en prendre à la bourgeoisie en temps que classe sociale, car quand elle est ordonnée au bien commun, cette classe a sa place et son utilité comme n’importe quelle autre classe de la société. Nous parlerons ici du régime bourgeois mis en place en France à la Révolution de 1789, ce régime politique inédit dans l’histoire, fondé sur les droits de l’homme et artisan de

Aux sources de la religion fasciste, par Emilio Gentile Le fascisme : une religion politique, PARTIE I

Historien mondialement reconnu, professeur à l’Université de Rome « La Sapienza », Emilio Gentile s’est consacré depuis les années 1970 à l’étude de l’idéologie fasciste. Il en démontre la nature moderne et totalitaire, en analysant en particulier — grâce à l’étude des nombreuses sources primaires laissées par les observateurs et les théoriciens du fascisme — la volonté de création d’une « religion politique » destinée à « régénérer le peuple

La loi naturelle, par saint Thomas d’Aquin Somme théologique Ia-IIæ, La loi, question 94

Immuable, la loi naturelle est commune à tous les peuples. Ses préceptes jouent vis-à-vis de l’action humaine le même rôle que les principes premiers vis-à-vis des sciences. Elle est universellement accessible à la raison : « il y a en tout humain une inclination naturelle à agir conformément à sa raison, ce qui est proprement agir selon la vertu. » Lui appartient ce que l’instinct naturel apprend à tous les

Le roi sous l’Ancien régime, par Frantz Funck-Brentano Du modèle familial de la monarchie française

Dans sa Grande Étude Confucius dit : «  Ceux qui désiraient bien gouverner leurs royaumes, s’attachaient auparavant à mettre le bon ordre dans leurs familles […] la famille étant bien dirigée, le royaume est ensuite bien gouverné ; le royaume étant bien gouverné, le monde ensuite jouit de la paix et de la bonne harmonie. » C’est précisément sur le modèle familial que s’est construite et développée notre monarchie française ainsi que

Trois idées du nationalisme au XIXe siècle, par Guy Augé Le nationalisme pour remplacer le droit divin

Il ne faudrait pas confondre le devoir d’aimer son pays — naturel à tout être humain — avec le nationalisme. Ce dernier plonge ses racines dans la Réforme protestante qui fait exploser la chrétienté en royaumes dotés d’Églises nationales autonomes. Mais c’est à la Révolution française —  avec la laïcisation des esprits — que cette idéologie opère une substitution de la souveraineté ultime de Dieu avec celle de la nation.