Absolue (monarchie)

Absolu, ue : Indépendant, souverain.

Nouveau dictionnaire de la l’Académie françoise dédié au Roy, tome premier, 2e édition, 1718, p.8.

 

Un roi absolu, quand il n’est pas un monstre, ne peut vouloir que la grandeur et la prospérité de son État, parce qu’elle est la sienne propre, parce que tout père de famille veut le bien de sa maison. Il peut se tromper sur le choix des moyens, mais il n’est pas dans la nature qu’il veuille le mal de son royaume.

Voltaire, Œuvres complètes de Voltaire, tome IV, « Siècle de Louis XIV », Furne librairie-éditeur, Paris, 1836, p. 297.

 

Le monarque étant parfaitement souverain, la monarchie française est absolue, c’est-à-dire parfaite. Absolue, c’est à dire sans liens, ce qui ne veut pas dire sans limites.

François Bluche, L’Ancien régime, Institutions et société, Le Livre de poche, col. Références, Paris, 1993, p. 15.

 

Le pouvoir absolu est un pouvoir indépendant des hommes sur lesquels il s’exerce ; le pouvoir arbitraire est un pouvoir indépendant des lois en vertu desquelles il s’exerce.

Tout pouvoir est nécessairement indépendant des sujets qui sont soumis à son action ; car, s’il était dépendant des sujets, l’ordre des êtres serait renversé, les sujets seraient le pouvoir, et le pouvoir le sujet. Pouvoir et dépendance s’excluent mutuellement, comme rond et carré. Ainsi :
– le pouvoir du père est indépendant des enfants,
– le pouvoir du maître indépendant des serviteurs,
– le pouvoir de Dieu est indépendant des hommes.

Louis de Bonald, Œuvres de M. de Bonald, Mélanges littéraires, politiques et philosophiques (Troisième édition).
Imprimerie d’Adrien le Clere et Cie.
Chap. « Observations sur l’ouvrage de Mme la baronne de Staël, ayant pour titre : Considérations sur les principaux événements de la révolution française ». § V, « Du pouvoir absolu ; du pouvoir arbitraire ; du pouvoir divin ; de l’obéissance passive »,
Paris, 1852, p. 560.

 

Les gouvernements populaires sont non seulement absolus, mais arbitraires, arbitraire mal déguisé par les délibérations dont les résultats ne sont que l’opinion d’un très petit nombre de voix, quelquefois d’une seule.

Louis de Bonald, Réflexions sur la révolution de Juillet 1830, DUC/Albatros, Paris, 1988, p. 44.

Pouvoir absolu de droit divin et pouvoir arbitraire, par Louis de Bonald

Pouvoir absolu de droit divin et pouvoir arbitraire, par Louis de Bonald Observations sur l'ouvrage de Mme la baronne de Staël

Les opposants à la monarchie traditionnelle feignent de confondre pouvoir absolu de droit divin et pouvoir arbitraire. Dans ce texte, Bonald s’insurge contre de tels amalgames. Après avoir défini ces différentes expressions, il démontre qu’à l’opposé du pouvoir absolu de droit divin, le pouvoir du peuple souverain est intrinsèquement arbitraire et ne saurait obtenir qu’une […]

Pouvoir absolu de droit divin et pouvoir arbitraire, par Louis de Bonald Observations sur l'ouvrage de Mme la baronne de Staël Lire la suite »

Genèse du discours de la Flagellation

Genèse du discours de la Flagellation, par Michel Antoine Comment Louis XV réaffirme la monarchie de droit divin

Dans cette genèse du discours de la Flagellation, l’historien Michel Antoine (1925-2015) établit l’identité des rédacteurs de ce fameux discours — de Louis XV devant le parlement de Paris — qui réaffirme les fondements de la Monarchie absolue de droit divin.  [La Rédaction]

Genèse du discours de la Flagellation, par Michel Antoine Comment Louis XV réaffirme la monarchie de droit divin Lire la suite »

Lettre à Monseigneur le Dauphin, par Bossuet. De l’éducation au dur métier de roi.

Lettre à Monseigneur le Dauphin, par Bossuet De l’éducation au dur métier de roi

Avec des accents tout confucéens1 Bossuet rappelle la nécessité pour tout homme d’exercer sa raison, « cette lumière admirable, dont le riche présent … vient du ciel » et « par laquelle Dieu a voulu que tous les hommes fussent libres ». Acquérir l’esprit de discernement, apprendre à résister à l’esclavage des passions, entraîner son attention, tel

Lettre à Monseigneur le Dauphin, par Bossuet De l’éducation au dur métier de roi Lire la suite »

Le discours de la Flagellation, par Louis XV (3 mars 1766)

Le discours de la Flagellation, par Louis XV (3 mars 1766) Le Roi rappelle les fondements de la Monarchie

Les parlements sont des cours de justice fondées par Philippe le Bel pour conseiller le roi et l’aider à rendre justice. Au XVIIIe siècle, les parlements, imbus des idées nouvelles et jaloux de leurs privilèges, prétendent constituer un corps unique, indépendant du souverain et seul vrai représentant des intérêts de la nation. De régime de

Le discours de la Flagellation, par Louis XV (3 mars 1766) Le Roi rappelle les fondements de la Monarchie Lire la suite »

Translate »
Retour en haut