ANALYSTES

Les réflexions philosophiques d’Augustin Cochin

Les réflexions philosophiques d’Augustin Cochin Abstraction révolutionnaire et réalisme catholique

Les réflexions philosophiques d’Augustin Cochin procèdent de ses recherches historiques dans les archives révolutionnaires. Le découvreur du mécanisme des sociétés de pensée compare alors leurs fondements philosophiques à ceux de la pensée chrétienne. En effet, à rebrousse-poil de l’esprit du temps, Cochin revendique haut et fort sa foi catholique, car « foi et raison ne […]

Les réflexions philosophiques d’Augustin Cochin Abstraction révolutionnaire et réalisme catholique Lire la suite »

Thomas Hobbes, théoricien de la bourgeoisie moderniste, par Hannah Arendt

Thomas Hobbes, théoricien de la bourgeoisie moderniste, par Hannah Arendt Une origine de la puissance sans limites des pouvoirs totalitaires

Avec Thomas Hobbes (1588-1679), le monde anglo-saxon lègue à l’humanité le poison lent, mais létal, d’une théorie de la croissance illimitée du pouvoir politique pour garantir la liberté de s’enrichir sans limite, le tout sous fond d’apologie de la tyrannie. Pour ce faire, Hobbes déclare une guerre totale à la métaphysique grecque qui, reprise par

Thomas Hobbes, théoricien de la bourgeoisie moderniste, par Hannah Arendt Une origine de la puissance sans limites des pouvoirs totalitaires Lire la suite »

La question de la légitimité du pouvoir politique, par Guy Augé . La légitimité est le graal du pouvoir, car elle permet l'obéissance libre.

La question de la légitimité du pouvoir politique La légitimité, ou l’obéissance libre, par Guy Augé (1979)

Dans la cité traditionnelle, le bien commun est réalisé par l’obéissance librement consentie au roi légitime, en ce que lui-même est soumis à un ordre supérieur à toute volonté humaine. Avec la modernité, l’homme proclame son autonomie, son affranchissement de tout ordre dont il n’est pas la source. Aucune limite transcendante ne bornant plus la

La question de la légitimité du pouvoir politique La légitimité, ou l’obéissance libre, par Guy Augé (1979) Lire la suite »

La propriété selon saint Thomas d'Aquin

La propriété selon saint Thomas d’Aquin Ou l'impératif de l'égalité de justice

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 consacre le triomphe du matérialisme bourgeois et proclame la propriété comme un « droit naturel et imprescriptible * ». Or, rappelle Saint Thomas d’Aquin, la propriété, le commerce et l’argent, ne sauraient revêtir un caractère absolu. En effet, les biens extérieurs appartiennent à Dieu

La propriété selon saint Thomas d’Aquin Ou l'impératif de l'égalité de justice Lire la suite »

Augustin Cochin : dernières notes

Introduction à l’ouvrage sur les dernières notes d’Augustin Cochin D’après la préface de Michel de Boüard (1935)

À partir de ses travaux historiques sur la genèse de la Révolution, Augustin Cochin (1876-1916) met en lumière la sociologie et la philosophie de la modernité pour la comparer à la conception classique, réaliste et chrétienne de l’homme. Contrairement aux sociétés modernes qui se fondent sur les théories d’idéologues pour ensuite contraindre le réel, la

Introduction à l’ouvrage sur les dernières notes d’Augustin Cochin D’après la préface de Michel de Boüard (1935) Lire la suite »

Donoso Cortés fustige la révolution bourgeoise contre le peuple et le roi

Donoso Cortés, par Guy Augé Doctrinaire espagnol de la contre-révolution et théologien de l’Histoire

Donoso Cortés est  un homme politique et philosophe espagnol du XIXe siècle. Dans un premier temps de tendance libérale, cet admirateur de Louis-Philippe évolue ensuite vers le conservatisme, puis vers un certain traditionalisme qui le range dans la lignée de Joseph de Maistre. Avec ce dernier, il partage le pessimisme sur la nature humaine et

Donoso Cortés, par Guy Augé Doctrinaire espagnol de la contre-révolution et théologien de l’Histoire Lire la suite »

Le Ta hio de Confucius expose la doctrine traditionnelle de la politique

Le Ta Hio, traité de politique et de morale naturelle, par Confucius (500 av. J.C.) Le programme politique de l’Aristote chinois

Comme un pied de nez aux Modernes, du fond des âges, Confucius rappelle les principes essentiels de la politique. Entre autres : Il existe une nature humaine que chaque homme doit accomplir en se conformant aux lois morales immuables et indépendantes de toute volonté humaine. L’autorité est un « mandat du Ciel » mais le

Le Ta Hio, traité de politique et de morale naturelle, par Confucius (500 av. J.C.) Le programme politique de l’Aristote chinois Lire la suite »

La monarchie par Guy Augé, maître de conférences à l’Université de Paris II

Qu’est-ce que la monarchie ? par Guy Augé La monarchie dans la tradition politique occidentale (1992)

Quelle est la situation de la monarchie dans la philosophie politique ? Quel est le modèle historique de la monarchie française, et enfin, quel est son héritage ? Telles sont les questions abordées par Guy Augé dans cette remarquable synthèse.

Qu’est-ce que la monarchie ? par Guy Augé La monarchie dans la tradition politique occidentale (1992) Lire la suite »

Les principes de la pédagogie moderne par Hannah Arendt

Les principes de la pédagogie moderne, par Hannah Arendt Déconstruction des paradigmes du pédagogisme (1961)

Hannah Arendt publie la Crise de la culture en 1961. Dans un chapitre consacré à l’enseignement elle analyse l’échec de la pédagogie moderne et ses ravages sur la société américaine. Pourtant, ces mêmes principes constituent à présent le prêt à penser de l’Éducation nationale. L’enseignant est invité à abdiquer son autorité au profit de l’autogestion

Les principes de la pédagogie moderne, par Hannah Arendt Déconstruction des paradigmes du pédagogisme (1961) Lire la suite »

Origine de la souveraineté par Louis de Bonald : Dieu

De l’origine de la souveraineté, par Louis de Bonald Droit divin ou souveraineté populaire ?

Pour Louis de Bonald, l’origine de la souveraineté est Dieu. En matière de souveraineté, il n’y a en effet d’autre choix qu’entre l’hétéronomie et l’autonomie politique. L’hétéronomie est la reconnaissance d’un ordre extérieur à la volonté humaine, auquel tout homme doit se soumettre. Si en plus, on reconnaît que cet ordre vient d’un Dieu créateur

De l’origine de la souveraineté, par Louis de Bonald Droit divin ou souveraineté populaire ? Lire la suite »

Translate »
Retour en haut