La ville de Toulon sous la Convention, par Louis-Marie Prudhomme La Terreur au nom de l'idéologie « Liberté, Égalité, Fraternité »

C’est le très républicain Prudhomme qui nous livre cette enquête. Alors que la Terreur organisée par la 1re République livre le Pays à la délation et aux pires atrocités, les Toulonnais en appellent aux Anglais pour les libérer. L’armée révolutionnaire — qui vient d’anéantir Lyon — marche alors sur Toulon et triomphe facilement. Ivres d’idéologie, les « Représentants du peuple » y appliquent consciencieusement le programme de dépopulation de la

Kepler et Galilée, par Arthur Kœstler L’affaire Galilée [1re Partie]

Arthur Kœstler, écrivain juif et cofondateur du Betar, n’est pas ce qu’on peut appeler un ami de l’Église catholique, aussi son histoire de la cosmologie (Les somnambules) n’en a-t-elle que plus d’intérêt. Jusqu’au XVIe siècle le modèle astronomique des épicycles de Ptolémée (90-168) était communément admis, car il rendait compte du mouvement des planètes avec une précision remarquable compatible avec celle des instruments de l’époque. Dans une publication de 1543,

Louis XIV ou la grandeur, par le Professeur François Bluche « un des plus grands rois qui furent jamais », Leibniz

Peu de rois de France suscitent plus d’hostilité que Louis XIV. Il constitue une cible privilégiée pour l’école républicaine qui reprend tout ou partie de la légende noire forgée par ses détracteurs au cours des siècles. Le Roi cumulerait, selon eux, tous les défauts et les vices : peu intelligent, tyrannique, intolérant, orgueilleux, infidèle… Le Professeur François Bluche — spécialiste de Grand siècle — revient ici sur cette légende noire.

La tradition monarchique, de Paul Watrin (Extraits) De la nullité des renonciations à la couronne de Philippe V duc d’Anjou, lors du traité d’Utrecht

En 1700, l’Espagne réclame à Louis XIV son petit-fils Philippe duc d’Anjou comme souverain. Le grand roi accepte, mais devant l’éventualité d’une union de l’Espagne et de la France sous une même couronne, l’Europe entre en guerre contre les deux pays. Pour mettre fin à un long et cruel conflit, Louis XIV et Philippe V signent en 1713 la paix d’Utrecht dans laquelle le nouveau roi d’Espagne est contraint de

Le roi sous l’Ancien régime, par Frantz Funck-Brentano Du modèle familial de la monarchie française

Dans sa Grande Étude Confucius dit : «  Ceux qui désiraient bien gouverner leurs royaumes, s’attachaient auparavant à mettre le bon ordre dans leurs familles […] la famille étant bien dirigée, le royaume est ensuite bien gouverné ; le royaume étant bien gouverné, le monde ensuite jouit de la paix et de la bonne harmonie. » C’est précisément sur le modèle familial que s’est construite et développée notre monarchie française ainsi que

Trois idées du nationalisme au XIXe siècle, par Guy Augé Le nationalisme pour remplacer le droit divin

Il ne faudrait pas confondre le devoir d’aimer son pays — naturel à tout être humain — avec le nationalisme. Ce dernier plonge ses racines dans la Réforme protestante qui fait exploser la chrétienté en royaumes dotés d’Églises nationales autonomes. Mais c’est à la Révolution française —  avec la laïcisation des esprits — que cette idéologie opère une substitution de la souveraineté ultime de Dieu avec celle de la nation.

La France et le concile de Trente L’Église gallicane, légende et réalité

Le gallicanisme n’est jamais conçu comme une machine de guerre contre le Saint-Siège, mais, au contraire… comme une submission réglée par les franchises naturelles et les droits communs dont le roi est le gardien… Ces libertés, définies par les anciens canons et les conciles reçus… accordent étroitement, sous le Roi, le pouvoir politique et le pouvoir ecclésiastique pour paître les fidèles et ne limiter l’ingérence pontificale que dans les affaires

Quo primum tempore : la bulle qui rend libre à perpétuité la messe traditionnelle La messe tridentine, universelle, magnifique et libre

En un siècle propice aux hérésies, et pour mettre fin aux interprétations non traditionnelles que la diversité des rites pouvait générer, le pape saint Pie V proclame, le 14 juillet 1570, la licéité permanente et la liberté de célébration de la messe traditionnelle validée au concile de Trente. En vertu de cette  bulle Quo primum tempore — qui n’a jamais été abrogée — la messe tridentine ne peut souffrir aucune

Christine de Pisan (1364-1431), intellectuelle engagée, légitimiste et féministe Aspect de la pensée politique française sous Charles VI

En ce début du XVe siècle la France souffre de la cruelle guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons anglophiles. Les autorités religieuse et politique sont défaillantes : d’une part deux papes se disputent la Chrétienté (c’est le grand schisme d’Occident) et d’autre part l’autorité du roi de France est profondément affaiblie par son état mental. En 1420, à la suite du Traité de Troyes qui reconnaît le fils du roi

Un mondialiste inattendu : Louis Veuillot (1813-1883) Ou l’illusion du « parti catholique »

Cent quarante ans après sa disparition, Louis Veuillot laisse le souvenir d’un grand défenseur de la Foi dont l’anti-libéralisme est resté proverbial, et pourtant… Négligeant l’ordre naturel et la question essentielle de l’institution politique, il se contente de promouvoir un groupe de pression : le Parti catholique. Persuadé que la société reste à inventer, il s’enthousiasme pour la dernière utopie ou pour le dernier homme fort en qui il reconnaît,